Les rues de Strasbourg sont colorées, que ce soit par des initiatives citoyennes ou bien des artistes de toute facture. Au delà des simple tags et esquisses, beaucoup de murs sont pourtant peints avec précision et créativité. Ainsi,  le festival annuel de street art intitulé « COLORS » regroupe de nombreux artistes locaux et internationaux dans des endroits insolites, cette année au Studio 116, pour mettre en valeur toutes les facettes de cet art. Quique vous soyez, peu importe où vous vous trouvez, vous connaissez sans doute des références telles que JR ou bien Le Chat. Ainsi, sans aucun doute, vous apprécierez découvrir de nouveaux artistes dans ce festival polymorphe. Laissez donc le Strassbuch vous donner un aperçu de ce monde unique, riche et coloré !

Un constat : La diversité de styles.

En entrant dans le studio vous serez impressionnés par tous ces différents styles. Il devient évident que chaque artiste a un usage différent de ses outils mais aussi de ses thèmes de prédilection. Les artistes proviennent du monde entier, de la Martinique à Copenhague en passant par Mulhouse. En voici les meilleurs exemples:

JAEK EL DIABLO

Pourtant Strasbourgeois, cet artiste s’inspire de toute parts de l’old school New Yorkais, américain et de la culture hip hop. Dans son utilisation des couleures et des teintes, Jaek El Diablo fait ressortir l’essence du graff et de ses inspirations.

JAEK EL DIABLO

TAROE

Originaire de Biarritz, Taroe ne se limite pas à un seul style. C’est justement sa curiosité et sa volonté de découvrir d’autres médiums ou techniques qui le font osciller entre un style personnel abstrait ou parfois figuratif. Véritable passionné, son savoir-faire et sa créativité ressortent dans chacun de ses travaux.

TAROE

MALAKAI

Le mur peint par Malakai est absolument spectaculaire et inspirant. Provenant de Copenhague, cet artiste s’intéresse au mélange de thèmes et de textures. Dans ce chaos – pourtant réfléchi – vous pourrez observer une femme, l’omniprésence de la nature et cette focalisation particulière sur les dinosaures. Le choix des couleurs complète cette dynamique mouvementée et nous plonge dans un monde plein de vie et fascinant.

MALAKAI

GODDOG

Les travaux de Goddog sont la plupart du temps figuratifs malgré la tentation d’utiliser des formes et des traits abstraits. Plusieurs silhouettes de personnes ou d’objets du quotidien ponctuent ses oeuvres. Si vous venez au Studio 116 vous distinguerez une table, des visages et même un château ! Ces formes graphiques n’ont de cesse de faire référence à sa ville d’origine : Avignon. Oserez-vous libérer votre imaginaire ?

GODDOG

Le Street Art, un art de technique ?

La perception de la pratique du Street Art s’est longtemps arrêté à l’utilisation des bombes de peinture. Le Festival Colors nous démontre que sa diversité ne réside pas seulement dans les origines et l’histoire des graffeurs mais aussi dans la multiplicité des techniques utilisables et utilisées. Pinceaux, dégradés, traits uniques, jets de peinture, pochoirs… Rien ne peut limiter ces artistes extraordinaires.

ASTRO

La bombe à peinture est un outil essentiel mais pourtant assez difficile à manier. Astro l’utilise avec brio : son tracé est net, précis. Il réussit à tromper l’oeil du spectateur. Sa technique – par ses jeux de transparence et sa finesse – permet de créer du relief et d’étendre de multiples illusions d’optique sur tout le mur.

ASTRO

KEAN

Kean nous conforte dans l’idée que la bombe de peinture n’est pas le seul moyen de créer des oeuvres d’art dans les rues. En ouvrant la porte menant à cette pièce peinte par Kean, on comprend que le pinceau a toute sa place dans ce monde grâce l’évidente précision du trait et du dégradé.  Le côté abstrait de son travail ne surprend plus mais, au contraire, nous envoûte.

KEAN

ACID

Pourquoi le Street Art devrait-il s’arrêter à la peinture ? L’architecte ACID nous présente une nouvelle perspective sur cet Art. Adepte des fab labs, celui-ci nous présente une oeuvre sphérique assemblée à partir de pièces de bois coupées au laser. N’hésitez pas à adopter un nouveau regard pour mieux la découvrir et l’apprécier où que vous vsoyez dans la pièce où cette oeuvre est exposée.

ACID

GORG ONE

Artiste nous venant tout droit de la Réunion, Gorg One nous surprend tous avec la maîtrise de ses savoirs-faire. En créant d’abord un arrière plan puis en dessinant d’UNE ligne directe rouge des oiseaux, cet artiste sait nous faire voyager tout en mettant la beauté de la Nature en avant. La superposition des techniques et des couleurs nous fait nous envoler en même temps que ces majestueux oiseaux.

L’évidence du choix des couleurs.

Sur tous ces murs, ce qui saute le plus aux yeux sont les explosion des couleurs, la finesse des traits et le travail des détails. Les couleurs permettent d’exprimer les idées et sentiments d’un artiste tout en nous traçant un chemin pour entrer dans leur monde. Au delà des significations le jeu devient une particularité du Street Art.

VIDAM

Le monde de cet artiste est définitivement ludique et coloré. Son style simple et son jeu sur les perspectives nous fait entrer dans un monde joyeux et plein de vie. Rien n’est fait au hasard, et pour preuve : la signification de Vidam en hongrois est “heureux”. Son monde” ressemblant à “Max et les Maximonstres” correspond bien avec son identité et sa personnalité.

VIDAM

MUSA X HARRYBONE

Musa et Harrybone se complètent bien. Ce couple d’artistes n’hésite pas à allier toute cette explosion de couleurs au calme qui radie d’un visage doux et féminin aux couleurs pastelles. Plus on observe ce mur, plus celui-ci devient une composition inspirante : Le visuel s’oppose au silence, la couleur au pastel et le jeu au calme.

JAUVERT

Si Jauvert a débuté dans le “vandalisme”, il n’en est pas devenu un artiste moins reconnu. Ses oeuvres inspirées de la mythologie et de figures féminines poussent au rêve. La composition de ce mur, si l’on regarde de plus près ses détails, devient presque absurde tout en se liant avec un côté absolument ludique.

JAUVERT

DIFUZ

Cet artiste Marseillais vous surprendra sans hésitations avec la beauté du mouvement et de l’uniformité des couleurs. Les formes volontairement ressemblantes à des esquisses ou des croquis révèlent la dynamique de ces évènements quotidiens que Difuz a sans aucun doute vécu.

DIFUZ

RENSONE

Le monde de Rensone lie sans détours nature et lettrage. Cela dit, il ne s’arrête pas à cela : les couleurs et les formes de ces murs nous font repenser nos perspectives sur le Street Art. Jouer avec le tracé devient évident quand la peinture s’aligne parfaitement avec des briques rouges.

RENSONE

Les lettres liées au Street Art.

Le Street Art ne se limite plus au dessin et aux formes. L’écriture et les lettres ont une part entière dans cet art qui le rend bien plus complet encore. Le graffeur peut surprendre et transmettre un message que ce soit par une signature, des lettres subtilement cachées ou d’une taille importante. Les écritures complètent la peinture et être éloquent avec peu de lettres devient donc une partie intégrante de l’art de la rue.

BUCKWILD

Cet artiste, – graphiste de profession et partenaire principal du festival – est l’exemple même de la place des lettres dans le Street Art. Son mur est une composition de lettres et de dessins qui induisent des messages tout comme des références culturelles fondamentales au Street Art.

BUCKWILD

L’OUTSIDER

Pour L’Outsider, le lettrage est un moyen d’expression bien plus subtil. Son mur a été réalisé en deux parties : Il a d’abord posé une base faite de couleur monochrome pour créer du mouvement avec des jets de peinture qui ressemblaient a des extincteurs. Ensuite, il a utilisé de la peinture blanche pour créer le lettrage qui est devenu un message unique à déchiffrer et à percevoir selon la sensibilité de chacun.

L'OUTSIDER

ILK

Le travail d’ILK pourrait être considéré comme une vraie claque : Tout d’abord, bien que l’harmonie des couleurs puisse paraître terne comparé aux autres murs, elle est absolument surprenante. Ensuite, les arabesques en bleu nous font replonger dans cette spontanéité enfantine mise en avant par ces gribouillages et collages que chacun d’entre nous aurait pu faire. Enfin, ce mur remet en question notre manière de lire car les lettres et ce désordre bienvenu ne font que de nous surprendre.

ILK

Pour conclure, le Festival Colors propose une visite guidée claire et concise qui vous entraînera à la découverte de l’art de la rue. Grâce à cette exposition le Street Art devient un art complet, unique et reconnu à part entière. Les compteurs de l’entreprise SOCOMEC -partenaire de l’exposition- en sont le parfait exemple. Au-delà des graffitis perçus comme du vandalisme, ces boîtiers ont été peint ou bien décorés par les artistes eux-mêmes dans leur propre style. Cet art longtemps refoulé est aujourd’hui embrassé par la sphère privée, par les plus grandes entreprises et enfin dans les plus beaux lieux culturels. Laissez vous porter par la musique qui vous immergera dans une ambiance électrique au milieu de ce cadre original et différent chaque année !

colors street art strasbourg

Si votre soif de découverte n’est pas assouvie, retrouvez d’autres évènements sur le site du festival en suivant ce lien : https://www.colors-art.eu/. Vous y découvrirez sorties, actualités et explications sur ce monde coloré et énigmatique.

Olivia Debisschop,
Rédactrice en chef,
LE STRASSBUCH.