Interview de Morgane et de Daviane qui vont participer au 4L Trophy. Morgane, âgée de 19 ans sera la copilote et Daviane, âgée de 21 ans sera la pilote pour ce 4L Trophy. 

Qui êtes-vous ? 

Morgane : « On s’appelle les Cab’elles. On a choisi ce nom lorsqu’on est parti à New-York lors de notre expatriation de 3 mois. Le « Cab » représente le taxi new-yorkais, c’est l’emblème de New-York. »

Daviane : « « Elles » parce qu’on est un équipage exclusivement féminin. On est que toutes les deux. »12233585_1001378763238597_1026232497_n

Comment se passe l’organisation ? Vous êtes formés ?

Morgane : « On n’est pas du tout formé. On est accompagné par des professeurs une fois par mois pour suivre nos avancées. Ils sont aussi là pour nous conseiller et nous aiguiller si besoin est. Après c’est vraiment un projet qu’on monte à deux. »

Daviane : « C’est comme si on était en train de créer notre micro entreprise dans la mesure où c’est à nous de démarcher les sponsors, de trouver la voiture, la préparer, de trouver les fonds nécessaires pour monter notre projet et parvenir à partir. Il faut aussi savoir que pour participer au 4L Trophy il faut créer une association ou faire partie d’une association. Nous on a choisit de faire partie de l’association Life Time Project. J’ai fait mon stage de 1ère année là-bas et j’ai adoré mon stage. Je partage les mêmes valeurs de l’humanitaire que la directrice de l’association c’est pour ça qu’on a décidé de passer par cette association. C’est notre association partenaire pour le 4L. En plus de ça c’est une association humanitaire donc c’est clairement en lien avec le 4L.»

Il faut combien de temps pour préparer tout ça ?

Morgane : « Alors il faut savoir qu’on a eu notre projet en Juin. Mais avec les vacances scolaires notre emploi du temps correspondait pas du tout du coup on a commencé en septembre/octobre. Et maintenant on passe tout notre temps libre sur ce projet. »

Daviane : « On ne se rend pas compte de tout le travail qu’il y a derrière cette préparation. On se dit ok c’est cool le 4L Trophy c’est 10 jours dans le désert, 3000 étudiants, mais c’est aussi l’aspect humanitaire parce qu’on ramène du matériel scolaire pour les enfants. Dis comme cela ça paraît simple mais on ne se rend pas compte de la logistique qu’il y a derrière pour préparer tout ça. C’est un boulot monstre et je suis fière d’y participer, surtout qu’on est que deux. »

12191450_920783268002643_2253175171635739490_nLes autres équipages ils sont combien ? 

Morgane : « On a vue des équipages où ils sont 5 mais ils ne sont que deux à partir. Leur organisation est un peu particulière parce qu’ils ont un pôle marketing, un pôle communication, et un pôle sponsors… Mais nous comme on part à deux on voulait vraiment être investies dans toutes les étapes du projet de A à Z. »


Daviane 
:
« C’est vrai qu’on ne voulait pas intégrer quelqu’un dans l’équipe qui n’allait pas partir. On est consciente que monter un projet à deux c’est d’autant plus difficile. Par exemple la semaine dernière on a organisé un brunch à l’EM Strasbourg Business School et on était que toutes les deux pour tout préparer : les courses, installer, faire à manger. Mais on veut pouvoir participer à chaque étape qui nous permettra de nous rapprocher de notre objectif : c’est à dire participer au 4L.»

Et du coup votre voiture, vous l’avez ? Elle est comment ?12187841_919166861497617_6767310233596048892_n

Daviane : « Oui notre voiture ça y est on l’a ! C’est une 4L fourgonnette, on l’a récupéré la semaine dernière. Elle a déjà fait le 4L Trophy il y a deux ans mais là elle n’a pas roulé depuis 1 ans. Pour l’instant on est en train de la retaper et de lui refaire une jeunesse. On travaille tant sur l’aspect mécanique qu’esthétique puisqu’on va la repeindre en jaune comme un taxi New-Yorkais. Concrètement elle roule, elle va sur la route mais on ne peut pas partir dans le désert sans la retravailler. On va perdre le pot d’échappement au bout de 20 mètres, la batterie n’est pas fixée donc c’est plein de petites choses sur lesquelles on doit travailler pour qu’on soit sereine au moment de partir. »

12242093_1001378706571936_1792489086_n Vous en avez pour combien de temps pour la remettre en état et lui refaire une beauté ?

Daviane : « Concrètement, là on en a jusqu’à la fin. On travaille dessus tous les week-ends. Il y a 8 étapes qu’on a mise en place pour retaper la voiture. On fait les choses qui sont vraiment importantes et ensuite on voit si on a le temps de faire du surplus pour mieux organiser la voiture. Après l’important pour nous c’est que la voiture d’un point de vue sécurité elle soit top. »

Comment ça se passe dans le désert si vous avez un problème ?

Daviane : « Alors moi clairement je suis à fond dans la mécanique. Je m’attèle à comprendre des aspects de mécaniques que j’ai jamais compris. Mais on n’a pas le choix, parce que je n’ai pas envie d’arriver dans le désert et de ne pas savoir faire des choses basiques comme changer une roue. On est des filles mais on n’est pas des empotées. C’est impératif pour nous de comprendre le fonctionnement de la voiture pour pouvoir réagir de la bonne façon si on a un problème. »

C’est quand le départ ?

Morgane : « Pour le départ on doit être à Biarritz le 18 Février pour commencer la course, rencontrer tout le monde et qu’ils fassent le dernier contrôle technique. Nous on pense descendre 2/3 jours avant pour pouvoir descendre sereinement de Strasbourg, sans se presser. »

Daviane : « Et surtout sans passer sur l’autoroute. Parce que faut se le dire sur l’autoroute je serais pas sereine avec notre 4L. On a l’impression d’avoir une voiture en kit. »

Quel sera le rôle du copilote ?

Morgane : « Ma principale mission sera de nous orienter dans le désert. J’ai un bon sens de l’orientation donc je me suis proposée comme copilote. Il faudra que je parvienne à lire une carte et à nous orienter avec une boussole. Mais ça ne me fait pas peur. »

Daviane : « En fait, le 4 L Trophy ce n’est pas une course de vitesse mais une course d’orientation. Le but c’est de faire le moins de km possible. Donc il faut que le copilote choisisse les bons trajets pour aller d’un point A à un point B en faisant le moins de km possible. La copilote a un rôle fondamental. »

 Le rôle du pilote ce sera quoi ?

Daviane : « De me laisser guider par ma copilote. Moi je conduis et je vais là où elle me dit d’aller. Il faut faire attention que la voiture puisse passer par les endroits indiqués par le copilote. Le pilotage doit donc être réfléchit et il faut être capable d’anticiper, puisque conduire dans le désert c’est pas comme conduire sur la route, et encore moins avec une 4L. »

Quel est votre but principal en participant au 4L Trophy ? 

Daviane : « Le but principal c’est d’arriver jusqu’au bout mais surtout de ramener le matériel scolaire aux enfants. Il ne faut pas oublier que c’est un raid humanitaire avant tout. »

Morgane : « Oui exactement. C’est l’occasion pour nous de vivre une aventure humanitaire exceptionnelle. »

N’hésitez pas à les suivre sur leur page Facebook.

 

Laisser un commentaire